Salmorejo de Cordoue

Le Salmorejo est une soupe froide à base de tomates d’origine espagnole (la soupe, pas les tomates, nous on les prend chez un producteur local qui cultive selon le principe bio, même s’il n’est pas labellisé. C’est pour ça que ses tomates parfois ne ressemblent à rien 🙂 ), donc selon moi, de la famille des gaspachos.

Personnellement, je la fais plus souvent que le gaspacho andalou, car elle est plus rapide à faire, elle est excellente et nourrissante (qui a dit qu’on en a pas besoin ? 😉 ) grâce aux œufs durs et au jambon sec que l’on met au dessus. Voici la recette, c’est encore de saison, mais plus pour longtemps :

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 750 g de tomates bien mûres.
  • 4 œufs durs coupés en dés.
  • 1 gousse d’ail pelée et coupée en dés.
  • 150 g de mie de pain rassis.
  • 5 cl de vinaigre de Xérès.
  • 14 cuil. à soupe d’huile d’olive.
  • tranches de jambon ibérico.
  • Sel, poivre.

Marche à suivre :

  1. Placez dans un récipient hermétique les tomates bien mûres coupées en quartiers, les œufs durs coupés en dés, la gousse d’ail pelée et coupée en deux et 150 g de mie de pain rassis imbibée de 5 cl de vinaigre de Xérès.
  2. Ajoutez 7 cuil. à soupe d’huile d’olive, salez et mélangez bien. Fermez le récipient et placez-le au frais 12 h, au moins.
  3. Passé ce temps, mixez en ajoutant 7 cuil. à soupe d’huile d’olive. La soupe doit être épaisse et crémeuse, mais on peut rajouter un peu d’eau si elle l’est trop.
  4. Poivrez et servez bien frais avec des tranches de jambon ibérico (ou autre, selon moyens ou affinités) taillées en lanières.
Préparation du Salmorejo
Mixage du Salmorejo

Notes pratiques :

Comme pour le gaspacho andalou, j’émonde les tomates, c’est bien plus agréable en bouche, et ça évite de perdre beaucoup de matière en les passant au chinois étamine. Pour cela, faite une croix au couteau sur la peau des tomates et faites-les tremper quelques minutes dans de l’eau bouillante. Les éplucher devient un jeu d’enfants.

Les tomates du Salmorejo

Accord mets-vins :

Il est en général inutile de boire avec cette soupe froide. Si vraiment vous ne pouvez pas vous en empêcher, comme moi, c’est un véritable plaisir avec un vin gris (bio) du domaine La Michelle à Auriol, ou un vin des sables (bio) du domaine du Petit Chaumont à Aigues-Mortes. Bonne dégustation.

Crédit photos : Yves Caudron – Photographe culinaire

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. guth anne catherine dit :

    longue et belle vie à votre joli blog et merci pour les partages!!

    1. Ptitloup dit :

      Merci à vous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.